Les Mères du Samedi sont sur la Place Galatasaray pour la 544ème semaine

cumartesi-anneleriLes Mères du Samedi se rassemblent chaque semaine sur la Place Galatasaray, à Istanbul, depuis 1995. Elles viennent réclamer que lumière soit faites sur les disparations de leurs enfants et/ou de leurs maris, disparus lors de la répression sur les milieux militants qui a suivi le Coup d’État de 1980. Cette semaine, elles ont voulu attirer l’attention sur les massacres qui ont lieux au Kurdistan turc.

Istanbul : Pour le rassemblement de la 544ème semaine, les Mère du Samedi ont voulu attirer l’attention sur les massacres qui ont lieux au Kurdistan turc.

Au rassemblement, le premier à prendre la parole fut Tayyip Canan, fils d’Abdullah Canan. Pointant du doigt que le gouvernement avait commencé la guerre suite aux élections du 7 Juin, Canan a déclaré : « En 96’ mon père a été tué par les mafieux de Yüksekova. Mon frère n’avait encore que 10 ans. Il y avait une grande foule ce jour-là je me souviens. Des personnes compatissantes ont apaisé mon petit frère. En 2015, un tailleur, du nom de Fettah Es, a été tué dans un bombardement. A son enterrement, mon frère a pris l’une de ses filles sur ses genoux et a tenté de l’apaiser. Ce jours-là, nous nous sommes rendu compte que rien n’avait changé ».

Après Canan, Zübeyde Tepe, mère de Ferhat Tepe, a précisé qu’encore aujourd’hui les enfants, les jeunes se faisaient tuer. Rappelant que le 1 Septembre, jour de la Paix dans le Monde, s’approchait, Zübeyde Tepe a lancé un appel à la paix aux mères des militaires. Après Tepe, Hüseyin Ocak, grand frère d’Hasan Ocak, a dit : « Depuis des années nous pleurons, nous exprimons nos revendications. Mais les responsables n’entendent pas. Encore aujourd’hui nous avons fait connaitre nos revendications à celui qui se fait Sultan ; il n’entend pas ».

Suite aux prises de paroles, Leyla Kaya a lu la déclaration de la semaine.

Rappelant que l’Etat, tournant le dos au Processus de paix, revenait à la « terreur », Kaya a ainsi déclaré : « Nous élevons nos voix contre ceux qui affirment qu’il n’y pas de question kurde, mais une question de terrorisme. Il y a une question kurde. Cette question est celle de toute la Turquie et non pas que celle des kurdes. Cette question est celle des droits humains et de la démocratie. Ce n’est pas une question de terrorisme, mais une question politique. »
Le rassemblement a pris fin après la déclaration.

Traduit de : http://www.ozgurgelecek.net/guncel-haberler/16442-cumartesi-anneleri-544-kez-galatasaray-meydannda-bir-araya.html

Publicités
Cet article, publié dans Özgür Gelecek, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s